L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

L'eurocrate, le souverainiste et le plombier polonais



La construction européenne apparaît moins comme la clé de la prospérité du vieux continent que comme une tentative, à ce jour infructueuse, d'enrayer le déclin bientôt séculaire de ce qui fut le foyer de la civilisation occidentale. Dans tous les principaux domaines, qu'il s'agisse de l'emploi, de prospérité, de sécurité, de démographie, de culture, de langue, le bilan est somme toute modeste. Perçus comme des mouvements insidieux dont le rôle consisterait à détruire l'édifice européen de l'intérieur, les groupes parlementaires eurocritiques peuvent aussi être vus comme un révélateur des faiblesses de la construction européenne. Les élites européennes semblent vouloir combler la lacune identitaire de leur projet par une uniformisation culturelle qui créera une identité européenne artificielle, détachée d'un long passé et dont la raison d'être était une diversité harmonieuse.




L'eurocrate, le souverainiste et le plombier polonais

L'Europe a toujours puisé ses origines et sa force dans différents mythes qui se sont confondus avec un idéal de la civilisation européenne façonné par la Grèce antique (Eurôpé), développé par l'empire romain (Auguste), répandu par la chrétienté, (Papauté, Saint Empire…) réapproprié par la Renaissance (Pétrarque), l'Humanisme (Erasme), l'age classique (Abbé de Saint Pierre) les Lumières (Montesquieu, Rousseau), puis par les visionnaires (Victor Hugo, Coudenhove-Kalergi) sans jamais vraiment se concrétiser [Villain-Gandossi]. Il aura fallu attendre le XXéme siècle pour voir une coopération des différentes Nations.

Après la tragédie de la seconde guerre mondiale qui a séparé des peuples aux racines communes, l'idée d'une construction européenne se devait de répondre à une nécessité concrète, une idée économique qui devait répondre à des impératifs de reconstruction marqué par la prospérité et une forte productivité. Les Etats-Unis connaissant également une croissance importante de la production (taylorisme et fordisme), l'URSS étant encore dans sa machine de guerre (stakhanovisme) et se transformant peu à peu dans une économie civile planifiée qui contraignit les européens à s'allier.

Les idées qui circulent parmi les citoyens européens sont propices à une création d'un espace commun qui puisse rivaliser avec ces deux blocs. Jean Monnet fortement influencé par les idées libérales et fédérales du modèle américain va jeter les bases concrètes d'une communauté. Au coté de Schumann les fondateurs de la CECA (18 avril 1951) seront motivés par un souci profondément économique à savoir la reconstruction de l'Europe par le libre échange, le marché économique, la standardisation… cherchant à dépasser les modèles obsolètes des Etats nations protectionnistes. Cette combinaison des méthodes fonctionnalistes et des idées fédérales aboutira à la création de cette Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier. Face à une situation internationale tendue avec le début de la guerre de Corée (25 juin 1950) le projet d'une communauté européenne de défense va apparaître. L'échec de celle-ci face au caractère récalcitrant de la France de se voir avec l'Allemagne sous un uniforme commun, sera la première fracture entre la société et la politique française sur un sujet européen.

Le traité de Rome signé il y a 50 ans va relancer l'idée d'une communauté. Conscient des premières velléités des pays, la construction se fera à travers une libéralisation progressive du marché européen et d'un marché commun du nucléaire. (Euratom).

La CEE se construit de l'extérieur cumulant élargissements successifs (6 élargissements) et approfondissements institutionnelles (en 15 ans il y aura 4 traités). Le déficit démocratique apparaissant de plus en plus, les élections au parlement européen tendent à légitimer les institutions de la communauté. La volonté d'une création d'une identité commune européenne au sein du parlement qui ne reflétait plus les pays mais les partis approuve une idée fonctionnaliste se souciant de moins en moins des identités nationales. Malgré un taux moyen de participation (barre symbolique des 50%), l'Acte unique européen (17 et 28 février 1986) de la Commission Delors manifestait la détermination d'édifier un espace commun sans frontières avec l'instauration des quatre libertés fondamentales de circulation: marchandises, services, capitaux et personnes. Le traité de Maastricht du 7 février 1992 souhaitait relancer les idées fédéralistes en réorganisant la Communauté économique européenne en Communauté européenne sous forme des trois piliers. Cette nouvelle perspective marquée par la création de l'Union économique et monétaire, instituant une monnaie unique cherche avant tout à freiner le monopole du Deutsche Mark qui faisait sourciller les français mécontent de leur franc faible ainsi qu'une pseudo citoyenneté européenne n'étant finalement qu'une coquille vide. Ce traité prévoyant déjà sa propre révision au traité d'Amsterdam le 2 octobre 1997 augmentait l'interdépendance entre les pays membres. Les accords de Schengen intégrés, « communautarisaient » une des libertés fondamentales. L'entrée de l'Euro marque l'aboutissement dans la forme de l'UEM. Le polémique traité de Nice du 26 février 2001 est appelé à connaître une forme de longévité suite à l'échec du Traité Etablissant une Constitution pour l'Europe rejeté par deux pays fondateurs mais également mal accepté par d'autres gouvernements. Ce traité faisant suite à une volonté de refonte des institutions en accroissant sa légitimité démocratique a semble t-il raté son coche. Le choix d'une Europe espace sans frontière au détriment d'une Europe puissance, le doute quant à la représentativité du parlement (moyenne de 45% de taux de participations aux dernières élections européennes), l'absence de critères culturels et identitaires pourtant si fondamentaux, ont conduit à un échec de cette construction imposée par un fonctionnalisme sans racine.

L'Europe inachevée

Aujourd'hui les Nations se diluent dans l'Union européenne, précisément lorsque les Etats membres ont des visions parfois très contradictoires. Le problème de la Turquie étant à lui seul symptomatique.

On peut considérer que la construction européenne apparaît moins comme la clé de la prospérité du vieux continent que comme une tentative, à ce jour infructueuse, d'enrayer le déclin bientôt séculaire de ce qui fut le foyer de la civilisation occidentale. Le rattrapage des USA s'est poursuivi dans les années 60 et 70 mais s'est brutalement interrompu depuis une quinzaine d'année et depuis l'Europe est dans une forme de déclin.

Si les Etats européens ont eu la faiblesse de concéder leur puissance à une superstructure, cela n'a pu être que dans l'espoir que celle-ci serait en mesure d'apporter de façon efficace tout ce qui est demandé à la structure de l'Etat. Or, dans tous les principaux domaines, qu'il s'agisse de l'emploi, de prospérité, de sécurité, de démographie, de culture, de langue, le bilan est somme toute modeste.

L'Union européenne qui se revendique être un leader dans plusieurs domaines fait hélas grand défaut sur certains grands enjeux. Sur la question de l'environnement, le budget colossal de la PAC finance à la hauteur de 1/3 les produits pesticides et chimiques nocifs pour la nature. Quant à la recherche, le projet Galileo a du plomb dans l'aile, sur la santé publique la grippe aviaire a démontré que elle n'était ni coordonnée ni efficace…

L'opinion est que l'Union européenne devrait se concentrer sur les seules politiques où elle est à l'évidence plus efficace que les Etats membres comme la concurrence, le commerce extérieur, l'immigration, la monnaie, la défense, la diplomatie, l'environnement, l'innovation, l'éducation universitaire, l'aide au développement. Il est évident que dans une négociation, une UE27 et plus importante au sein des institutions que chaque pays individuellement, mais il faut surtout éviter d'approfondir une Europe à plusieurs vitesses. En revanche, à l'instar de nombreux eurodéputés et face aux multiples inégalités en Europe, l'agriculture devrait être nationalisée, tout comme les politiques sociales qui devraient être laissées à la responsabilité des Etats.

L'Europe se doit de respecter ses multiples valeurs et cet héritage ne peut être que bénéfique pour la construction de son identité et de son futur, un monde de l'innovation de la nouvelle technologie… L'Europe chose inachevée doit être un système de réflexes face aux menaces extérieures et aux défis de la globalisation et s'adapter sans chercher toujours à vouloir centraliser, homogénéiser et déformer. L'Europe ne peut qu'exister par une unité morale, culturelle, par une connivence entre nations.

Pourquoi tant de réticences ?

Si l'Union européenne rencontre toujours des résistances malgré sa longue évolution, il est intéressant de s'interroger sur ce que ces oppositions traduisent. Cette construction progressive bâtie par des élites et par moments légitimée par les peuples, reste toujours aussi lointaine et complexe dans l'opinion des citoyens européens. La logique économique qui a prévalu - et qui prévaut encore étant donné qu'elle semble être moins sensible que la logique politique et identitaire - n'a su créer de véritable communauté et en est resté à une expression minimale et matérialiste du sentiment européen. Les institutions qui ont été modelées suivant cette logique ont aussi abouti à une situation de déficit démocratique renforçant ainsi du même coup un sentiment d'éloignement vis-à-vis de ces institutions dont le caractère semble être de plus en plus technocratique et bureaucratique. Ce type de situation est tout autant un frein à l'affirmation d'une identité européenne qu'à la construction d'une véritable Europe politique dont l'essence se manifesterait plus dans un désir clair de partager un destin commun (en plus d'une Histoire commune) plutôt que dans des débats sans fins portant sur l'opportunité d'adopter telle ou telle structure.

En ce sens, les mouvements politiques souverainistes et leur argumentaire peuvent être vus comme des symptômes traduisant l'existence de failles ou de dysfonctionnements propres à l'Union Européenne et à sa construction. En janvier 2007, la création du groupe parlementaire « Identité, Tradition, Souveraineté » regroupant des eurodéputés venant de Grande-Bretagne, France, Roumanie, Belgique, Italie, Autriche et Bulgarie a été vue avec stupéfaction par les autres groupes du Parlement Européen. Il est intéressant de noter que ce groupe de tendance nationaliste n'est pas le seul à s'être formé au sein de l'hémicycle, on compte aussi les eurocritiques du groupe Indépendance & Démocracie de Jens-Peter Bonde (gauche, Danemark) et Nigel Farage (droite, Royaume Uni), composé du United Kingdom Independence Party du Royaume-Uni, la Ligue des familles polonaises, du
Mouvement pour la France... ou à un niveau plus informel le réseau Euronat. Perçus comme des mouvements insidieux dont le rôle consisterait à détruire l'édifice européen de l'intérieur, ces groupes parlementaires peuvent aussi être vus comme un révélateur des faiblesses de la construction européenne. Au-delà de l'étiquette « souverainiste » ou «eurosceptique », ces mouvements ne partagent pas une vision monolithique de ce que devrait être l'Europe et ont des spécificités. Vus comme radicalement antieuropéens, ces groupes politiques veulent en fait pour la plupart une « autre Europe » qu'on désigne souvent sous le concept d'Europe des Nations.

L'opposition de ces mouvements se base bien plus sur des peurs et ressentiments populaires concrets (travailleurs dont les conditions de travail se durcissent et dont les entreprises connaissent de nombreuses délocalisations, paysans confrontés à la concurrence étrangère et forcés de devenir des managers) que sur un soi-disant fantasme ou de pseudo pulsions xénophobes. De nombreux européens ont le sentiment que l'Union de l'Europe se réduit de plus en plus aux institutions de Bruxelles et ne reflète plus ce continent aux cultures et langues diverses dont l'unité s'était faite au gré d'expériences communes (racines Indo-européennes, Hellade et Rome antiques, Chrétienté, Renaissance). La construction européenne peine à s'imposer auprès des gens en tant que grand récit politique et historique tout comme de nombreux mouvements politiques peinent à créer à notre époque de nouveaux mythes politiques mobilisateurs. Le terme Union européenne renvoie de plus en plus à des questions budgétaires, juridiques ou techniques et non plus à une vision de l'Histoire et du destin des peuples d'Europe. Certaines décisions communautaires sont vues comme des mesures d'uniformisation ne respectant pas la spécificité des nations, de leurs traditions et productions (des variétés de fromages sont vouées à disparaître). En Pologne, le projet de panneaux indiquant l'entrée dans une commune représentait la silhouette de l'agglomération ainsi que le clocher de l'église avec sa traditionnelle croix. Jugeant que ce dernier détail heurtait les principes de laïcité, la Commission décida l'interdiction de faire figurer la croix du clocher de l'église sur ces panneaux signalétiques. A vrai dire, il se peut que la représentation de la croix du clocher ait choqué les membres de la Commission mais il est peu probable que cette même représentation ait choqué le peuple polonais.

Alors que l'idée d'une Europe à deux vitesses dans le domaine économique (ce qui est optimal du point de vue des élites financières notamment pour la dynamique du système capitaliste) est devenue une sombre réalité (le budget destiné au soutien des derniers Etats ayant adhéré est comparable à celui qui avait été destiné au Portugal ou à la Grèce) et montre ainsi que la convergence économique (qui était accompagnée à l'origine d'un développement socio-économique positif) n'est plus que l'ombre d'elle-même. D'un autre côté, les élites européennes semblent vouloir combler la lacune identitaire de leur projet par une uniformisation culturelle qui créera une identité européenne artificielle, détachée d'un long passé et dont la raison d'être était une diversité harmonieuse. On s'étonne du niveau d'ignorance des citoyens sur les institutions européennes mais l'ignorance la plus grave est celle touchant la connaissance des pays européens, de leurs cultures et de leur Histoire. De vieux schémas mentaux hérités de la guerre froide ne semblent pas avoir totalement disparu et au-delà de l'idée de convergence, Bruxelles semble vouloir ériger les vieux Etats membres en modèles à suivre. D'un côté les européens de l'Ouest doivent arrêter de raisonner avec des clichés culturels « occidentalocentrés » (comme celui du « plombier polonais ») et d'un autre côté, on doit comprendre qu'il est risqué (pour la construction européenne) de vouloir à tout prix faire danser le sirtaki sous la pluie bruxelloise.

Olivier JAROSZ et Gilles Emmanuel JACQUET
(Eyes on Europe)

Références :

DAVIES Norman, Europe a history, Pimlico, (1997).
SAKWA Richard, STEVENS Anne, Contemporary Europe, Palgrave MacMillan, (2006).
Villain-Gandossi, C, L'Europe à la recherche de son identité. Comité des travaux historiques et scientifiques 2002.
VERLUISE Pierre, Géopolitique de l'Europe, Ellipses (2005).
AVRIL Pierre, L'Extrême droite s'organise au Parlement européen, Le Figaro, (10 janvier 2007).
QUATREMER Jean, L'Europe brune serre les rangs au Parlement, Le Monde, (11 janvier 2007).


Notez
Lu 10138 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 8

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous