L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

L'agriculture et la chimie européennes feraient les frais de l'accord de libre-échange USA-UE





Cet accord serait une plutôt menace pour l'Europe, selon une tribune publiée par Florent Detroy sur Atlantico : Barack Obama a cité l'Europe dans son discours sur l'état de l'Union. Explosion de joie du côté de Bruxelles... mais n'est-il pas un peu tôt pour se réjouir ? Il y aura eu le NTA, le NTMA, le TAD, le TED et enfin le Tafta. Et bientôt sera créé un nouvel acronyme non identifié. Il désignera lui aussi un projet d’accord sur une vaste zone de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Union européenne. A leur grande surprise, les Européens ont été cités dans le discours sur l’état de l’Union du président Obama en début de semaine. En une seule phrase, le président a annoncé son projet, “lancer les discussions sur un Partenariat Transatlantique sur le commerce et l’investissement global avec l’Union européenne”. Et d’ajouter que ce sera bénéfique pour l’emploi américain. Au fond, cet accord de libre-échange serait d’un genre particulier. Il ne s’agit pas comme pour n’importe quel accord de libre-échange d’abaisser les droits de douanes… ils sont déjà particulièrement bas, autour de 3-4%. Cet accord tournerait davantage autour du démantèlement des “barrières non tarifaires”, qui sont équivalentes à des droits de douanes de 10 à 20%. Il s’agit des normes techniques et sanitaires, des certifications, de la protection intellectuelle, de l’ouverture des marchés publics et de la protection des investissements. Par exemple, les constructeurs automobiles européens ont du mal à exporter aux Etats-Unis du fait de règles de sûreté autour des phares automobiles américains. Des commentateurs ont surtout mis en exergue la demande d’une plus grande intégration avec les Etats-Unis…pour se protéger de la concurrence chinoise. (...) Cette idée permet surtout de souligner un des risques de cet accord : que les Européens se fassent tondre la laine sur le dos!
(...) [Les Européens] n’ont plus d’avantage compétitif sur certains secteurs -- notamment deux d'entre eux, particulièrement touchés par un tel accord : l'agriculture et la chimie.

Notez
Lu 517 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous


Après le Brexit, reprenons la plume aux fédéralistes. Voici le nouveau traité qui sortira l'Europe de l'idéologie. "Nous peuples d'Europe..." : pour un nouveau Traité fondamental européen