L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

S'abonner
Rss
Twitter
Facebook




mon Email :






Recherche par mots-clés


Juppé prépare l'opinion française à la perte du triple A





Dans un entretien accordé aux Echos, Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, affirme que si la France perdait son triple A, "ce ne serait pas une bonne nouvelle bien sûr, mais ce ne serait pas non plus un cataclysme". "Les Etats-Unis qui ont perdu leur triple A continuent d'emprunter sur les marchés à de bonnes conditions" argumente-t-il. Pour M. Juppé, le projet de François Hollande de renégocier le futur traité européen s'il est élu "n'est pas très sérieux". Selon M. Juppé, le meilleur moyen d'empêcher la montée de l'euroscepticisme en France est d'aller au débat avec les Français. "Je crois que ce sera l'un des enjeux majeurs de la prochaine présidentielle" ajoute-t-il. (Les Echos)

Notez
Lu 1200 fois



1.Posté par valespir le 15/12/2011 18:28 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi est ce une agence plutôt qu'une autre qui décide de la perte du triple A ? Pourquoi ne s'accorderaient elles pas ?

2.Posté par Tricoteuse le 22/12/2011 00:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M. Juppé veut débattre mais annonce liminairement que tout projet alternatif "n'est pas très sérieux". On se croirait en 2005. J'adore. Le niveau d'inconscience "hits the fan".

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous