L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE
L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE
Forum européen des universitaires, chercheurs, journalistes et hauts-fonctionnaires pour un débat libre










S'abonner
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Pinterest
LinkedIn
Yahoo! Buzz
Mobile
Jeudi 19 Juin 2008

Imbécile euro



Pourquoi faudrait-il que les eurocrates soient tous d'anciens premiers de la classe asthéniques soucieux du seul bien communautaire et encore tout boursouflés d'étonnement que l'Irlande, fille chérie de l'Europe, ait pu les envoyer bouler, eux, leur carcan de contraintes réglementaires étouffantes et leur bienveillant mépris ?


Imbécile euro
par Pierre Michel Bonnot

L'homme au petit corps sec surmonté d'une grosse tête a enfilé son short un peu trop ample, son débardeur fluo, ses chaussures de jogging dodues comme des pantoufles, il a franchi le seuil de son appartement fonctionnel et il a attaqué le macadam d'un pied conquérant. L'homme au petit corps sec surmonté d'une grosse tête a besoin de courir. De sentir la morsure de l'effort monter dans ses mollets, de s'abstraire au rythme mécanique de sa foulée nerveuse, de vider sa tête un peu trop grosse et d'emplir sa poitrine un peu trop creuse. L'homme au petit corps sec surmonté d'une grosse tête a tant de responsabilités.

Ensuite, régénéré, lavé et cravaté, l'homme au petit corps sec surmonté d'une grosse tête a déposé chacun de ses enfants en passant, le petit au judo, la cadette à la danse, le plus grand au football. C'est tellement bon pour eux et ils aiment tellement ça.

L'homme au petit corps sec surmonté d'une grosse tête est arrivé au bureau à l'heure, il a salué sa secrétaire et jeté un œil acéré au courrier du jour. Puis, il a décidé que le sport n'existait pas. Comme ça, d'un trait de plume, en refusant d'envisager seulement la réforme de l'arrêt Bosman et l'introduction du très raisonnable rapport de six nationaux pour cinq étrangers dans les équipes de club, ou bien en contraignant la France à s'ouvrir aux paris sportifs en ligne. En décidant une fois pour toutes que le sport était un business comme un autre, l'imbécile Euro !

Sportif convaincu et négationniste du sport, ça doit pouvoir exister. Pourquoi faudrait-il que les eurocrates soient tous d'anciens premiers de la classe asthéniques soucieux du seul bien communautaire et encore tout boursouflés d'étonnement que l'Irlande, fille chérie de l'Europe, ait pu les envoyer bouler, eux, leur carcan de contraintes réglementaires étouffantes et leur bienveillant mépris ?

Notez qu'elle n'a rien de strictement européen, cette espèce de volonté obtuse de vouloir le bien des peuples malgré eux. Il y a bien chez nous des technocrates illuminés qui n'ont jamais promené d'enfants dans les embouteillages des vacances ni chanté "Parigots, têtes de veau" en voyant passer un 75, pour s'attaquer au numéro de département des plaques minéralogiques !

D'ailleurs, on se fout de savoir s'ils ont raison ou tort de défendre la libre circulation des champions comme de n'importe quelle main-d'œuvre qualifiée ou de promouvoir frénétiquement la liberté d'entreprendre, fût-ce celle de petits bouclards de paris d'inspiration mafieuse. Les experts avancent que les sites de paris en ligne serviraient à 80%  au blanchiment d'argent sale, et alors ?

L'idée serait justement de les taxer pour permettre à l'argent de vos enfants qui se droguent de financer la carrière de vos enfants qui font du sport. On exagère ? Sans doute, on est là pour ça. Mais aussi cette espèce de mépris du phénomène sportif, cette frénésie à tout ranger dans des cases aseptisées sans se soucier des aspirations des uns et des autres, franchement, c'est insupportable.

Alors, oui, le sport est un commerce, mais non, ça n'est pas un commerce comme les autres. En tout cas, pas seulement. S'il en doute, que l'homme au petit corps sec surmonté d'une grosse tête additionne les passions supportrices, celle des bénévoles de fins fonds de vestiaires et enfin celle de l'enfant qui demain sera un champion. Qu'il se demande un instant si elles ne méritent pas qu'on protège le sport du virus mortel des matchs truqués et du doute qui s'insinue à leur suite. Et, si ça ne suffit pas, qu'il pousse la porte du premier bistrot qui passe et qu'il lance à la cantonade "Bon d'accord, France-Hollande, mais vous avez vu ce sursaut du Nasdaq ?" et qu'il attendre pour voir s'il ne se fait pas traiter de nain boursouflé.

Puis, pour finir, que l'homme au petit corps sec surmonté d'une grosse tête rentre chez lui et mise une somme d'argent rondelette sur le premier match qui passe. Ce sera son châtiment. Parce qu'un parieur ne peut plus jamais se régaler sans arrière-pensée du spectacle du sport pour le sport.

( Source : Billet d'humeur  - L'équipe, "contre-pied", 15 Juin 2008 - p.27)
Jeudi 19 Juin 2008

Notez
Lu 7287 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :

Tout quitter ? - 22/03/2013

1 2 3 4 5 » ... 6

A la Une | Analyse | Tribune | Document | Campus