L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

Europe : le changement, c’est maintenant ?



François Hollande a promis une réorientation de l’Europe en menaçant de ne pas ratifier le pacte budgétaire si rien n’est fait pour la croissance. Nul doute que quelque chose soit fait in fine, mais s’agira-t-il de quelques mots destinés à acheter le soutien de la France, ou de vraies mesures ?




Reuters/JDD
Reuters/JDD

 

Ce qu'il faudrait faire

Un plan de relance de 500 milliards d’euros sur deux ans semble le minimum pour sortir l’Europe de l’ornière, sans même parler du besoin de démonter la monnaie unique pour que chaque pays ait une monnaie adapté à son économie. Pour l’instant, Arnaud Montebourg continue à défendre les idées protectionnistes sur les plateaux. En outre, la présence de plusieurs opposants au traité constitutionnel européen peut faire espérer certains.
 
C’est ainsi que Coralie Delaume a signé deux papiers où elle explique pourquoi elle pense que François Hollande pourra réorienter l’Europe. Et il faut dire que le contexte semble favorable à un assouplissement de l’austérité, entre une Grèce au bord de la rupture, des dirigeants européens plus attentifs à la croissance, et la défaite de la CDU dimanche dernier dans l’Etat le plus peuplé d’Allemagne avec la victoire des socio-démocrates, plus ouverts à ces idées.
 
Cependant, il ne faut pas surestimer les chances d’un changement. Le SPD a conservé un Etat qu’il dirigeait déjà, avec une équipe populaire et un adversaire CDU qui a fait des bourdes pendant la campagne. La gestion européenne d’Angela Merkel n’était pas en cause dimanche et elle est appréciée outre-Rhin. Ensuite, c’est une chose de parler de croissance et d’avoir un agenda, c’en est une autre de mettre en place des mesures concrètes, fortes et rapides.
 
 
Tout d’abord, le débat d’Arnaud Montebourg avec un journaliste du FAZ démontre qu’il ne sera pas évident de faire bouger l’Allemagne. Comment demander à Berlin plus d’argent alors que le pays a donné une garantie de 200 milliards pour le MES et que le pays a fait des efforts colossaux depuis plus de dix ans ? Cela est d’autant plus illusoire maintenant que la Grèce est à nouveau au bord du défaut et qu’une partie de l’argent avancé au pays pourrait être perdu.
 
Mais c’est l’excellent Frédéric Lordon qui est le plus sévère avec les socialistes  : « Intrat Lionel Jospin, élu non seulement par la disgrâce de Chirac (Alain Juppé) mais aussi pour avoir tenu le discours susceptible de rencontrer les attentes populaires, à savoir : arrêt des privatisations, notamment celle de France Télécom, et engagement solennel à ne valider le Traité d’Amsterdam qu’à satisfaction de trois conditions catégoriques. Comme on sait France Télécom finira privatisée. Quant aux trois conditions sine qua non, il ne faudra pas quinze jours pour qu’elles soient abandonnées à quelques oblats rhétoriques qui n’engagent à rien, le « pacte de stabilité » devenant « pacte de stabilité et de croissance », avec les mirifiques effets que l’on sait. (…) la signature des accords européens de Barcelone ouvrant à la concurrence les services publics de l’énergie, des transports et du courrier, et il s’en trouve encore pour s’étonner rétrospectivement que Jospin se soit fait sortir, et surtout de s’être retrouvés avec le FN au second tour… ».
 
Frédéric Lordon se fait saignant sur François Hollande en parlant de « ses maigrelets engagements », rappelle son voyage à Londres pour rassurer les milieux financiers, ainsi que les déclarations de Michel Sapin au Financial Times. Il conclut : « les socialistes font savoir que la verroterie avec laquelle on les achète est toujours aussi modique : comme en 1997, des mots suffiront ». Pour lui, « la croissance (va) rejoindre en mots toutes les dispositions qui la tuent en fait ».
 
Mais surtout, comment attendre d’un enfant politique de Jacques Delors et de Lionel Jospin qu’il brûle les traités qu’il a soutenus toute sa vie ? On peut espérer, mais je crois très improbable que les socialistes fassent leur révolution. Entre l’Europe et le peuple, ils ont toujours choisi la première.

Laurent Pinsolle
http://www.gaullistelibre.com/

Notez
Lu 3198 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 9

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous