L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

Euro : nous avions raison !



Les dix ans de l'euro vus par le fondateur du souverainisme français, qui n'a jamais varié dans ses critiques...aujourd'hui corroborées par les faits. "Avant qu'il ne soit trop tard" : voici dix-neuf ans, Philippe de Villiers publiait, sous ce titre, chez Albin Michel, un livre en forme de cri d'alarme sur la conjonction, délétère à ses yeux, de l'entrée en vigueur de l'euro, institué l'année précédente par le traité de Maastricht, et l'avènement du libre-échangisme mondial, sous l'égide de l'Organisation mondiale du commerce. Les dix ans de la monnaie unique européenne lui ont inspiré ces réflexions, qui sont aussi celles de ses amis au Parlement européen et à l'Assemblée nationale.




Philippe de Villiers au Parlement européen à Strasbourg (L'ObsE)
Philippe de Villiers au Parlement européen à Strasbourg (L'ObsE)

Le XXIe siècle commençant ne se caractérise pas, comme certains l’avaient imprudemment prédit, par “la fin de l’histoire”. Au contraire, il est traversé de grandes évolutions qui devraient pleinement nous mobiliser : l’essor de l’Asie et l’apparition de nouvelles grandes puissances ; l’onde de choc qui traverse les pays arabes ; le grand défi environnemental… Mais face à ce champ largement ouvert, l’essentiel de notre énergie et de nos moyens se trouve absorbé par un problème interne, artificiel et lancinant. Un problème que les dirigeants européens ont créé de toutes pièces, qui nous ronge et affaiblit nos capacités d’influence et d’intervention : “il faut sauver l’euro à tout prix”. Cette obsession nous amène à nous recroqueviller sur nous-mêmes. Le temps n’est-il pas enfin venu de tenir compte des mises en garde que nous formulions déjà il y a près de quinze ans ?

La génération actuelle des dirigeants européens a établi le double dogme de la monnaie unique européenne et du “libre-échangisme mondial” à l’origine de la crise. Mais devant la contradiction des faits, elle est incapable de se désavouer. Placés aujourd’hui face aux dégâts produits par la politique qu’ils ont mise sur les rails, avec les traités de Maastricht et de Marrakech, ces dirigeants sont aujourd’hui forcés d’en dénoncer les conséquences, mais en se gardant bien d’en désigner les causes réelles, parce qu’elles engagent lourdement leurs propres responsabilités.

Refusant de voir le vice constitutif de la monnaie unique et du libre-échangisme, feignant de croire que la crise de l’endettement résulte exclusivement de politiques budgétaires laxistes, ils nous précipitent dans une course folle et sans issue vers des remèdes illusoires : un fédéralisme budgétaire piétinant le coeur de la souveraineté ; une Banque centrale européenne qui devrait se gorger de créances douteuses ; un Fonds de soutien européen incapable de faire face à l’addition des pays défaillants ; un endettement européen – les eurobonds – qu’il faudrait ajouter à l’endettement national ; une rigueur sans croissance qui creuse les déficits en prétendant les combler. Tout, pourvu que l’on ne touche pas au dogme.

Notre malheur vient sans doute du fait que c’est la même génération de dirigeants qui a lancé il y a dix ans l’euro dans l’euphorie et qui en subit aujourd’hui la crise existentielle. Une autre génération aurait sans doute pu se dégager plus facilement du dogme. La génération des dirigeants actuels semble vouloir tout faire pour prolonger une euroagonie qui risque de coûter très cher aux Européens et de restreindre considérablement notre liberté d’action.

Nous pourrions encore redresser la barre en lançant une négociation pour une nouvelle organisation mondiale du commerce qui accepterait la régulation des échanges, inéquitables, et en inventant une union monétaire européenne plus flexible qui tolérerait que les pays en difficulté puissent se mettre en congé de la monnaie unique. Mais qui aura le courage d’engager ce combat ?

Philippe de Villiers (député européen), Dominique Souchet (député), Georges Berthu (ancien député européen).



Source : Valeurs Actuelles, 5 janvier 2012

Notez
Lu 3306 fois



1.Posté par carrelli le 14/01/2012 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais Marine Lepn tout simplement...

2.Posté par JEAN DU TERROIR le 19/01/2012 14:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
carelli, si fin de l'euro il doit y avoir il faut que cela se fasse tout seul comme cela pourrait bien arriver...sauf si les Etats font marcher la "planche à billets" (ce que la BCE a déjà commencé à faire malgré les dénégations d'Angela en raison de l'impopularité de ces mesures auprès de l'opinion publique allemande) mais cela aura le même effet que la "sortie de l'euro" prônée par Marine Le Pen à savoir une augmentation brutale des produits d'importation et donc de consommation sans que les exportations ne se ressaississent tout de suite (sauf certaines grandes entreprises publiques).
C'est pourquoi la vraie solution est de laisser l'euro s'écrouler tout seul mais d'anticiper justement par la "TVA sociale" dont l'intérêt de diminuer le double déséquilibre entre consommation et production et entre prélèvements sur produits locaux et prélèvements sur produits importés.
Reste que celle-ci n'est pas populaire auprès de ceux qui, surtout à gauche mais pas seulement, n'ont pas encore compris que ce sont les importations qui nous ruinent.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 9

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous