L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Forum européen des universitaires, chercheurs, journalistes et hauts-fonctionnaires pour un débat libre










S'abonner
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Pinterest
LinkedIn
Yahoo! Buzz
Mobile
Document
La monnaie unique n'a pas amené les convergences supposées. Elle a accru les divergences : elle a renforcé les forts, elle a affaibli les faibles, elle a creusé l'écart entre notamment l'Allemagne et tous les autres. La difficulté de l'Europe c'est que jamais, il faut le comprendre, la solidarité européenne ne remplacera la solidarité nationale. Un système qui n'est pas sûr sur le plan monétaire, il faut prévoir sa mutation, vers un euro comme toit commun, une monnaie commune. Intervention de Jean-Pierre Chevènement au colloque "Protéger les intérêts économiques de la France : quelles propositions ?" du...
  L’identification des méfaits du libre-échange sur l’économie française apparaît à une grande majorité de français, à tel point que l’on peut parler d’une prise de conscience massive, dépassant les cadres des partis politiques, et exprimées par quasiment la totalité des couches de la société. L’ancienne opposition entre diplômes et non-diplômés qui avait été mise en avant lors du référendum de 2005 n’existe plus. Le peuple français oscille entre révolte et résignation, tel est le premier enseignement de ce sondage. • Ainsi 48% des réponses indiquent que les personnes interrogées sont «...
"Face à la crise globale du capitalisme, on voit désormais le FMI, des gouvernements ou des économistes célèbres brûler ce qu’ils ont adoré - le marché - et réhabiliter l’État qu’ils honnissaient". Selon l'économiste Jacques Sapir, "nous vivons en fait l’amorce d’une « démondialisation ». L’histoire, la politique et les nations reprennent leurs droits avec le retour des États, que l’on disait naguère impuissants, et le recul des marchés, que l’on prétendait omniscients. Ce mouvement réveille de vieilles peurs. Et si cette démondialisation annonçait le retour au temps des guerres ? Ces peurs ne sont que l’autre face d’un...
Décryptant l'idéologie et l'organisation du "nouveau gouvernement du monde" - un réseau complexe d'institutions publiques et privées, ONG, sociétés et banques multinationales composant la "gouvernance" qui impose peu à peu sa souveraineté au monde (et donc aux Etats) -, l'économiste Georges Corm s'arrête un moment sur 'l’énorme bureaucratie de l’Union européenne, modèle parfait d’un unanimisme néolibéral sans faille que ne pratiquent dans la réalité ni les Etats-Unis, ni le Royaume-Uni, les deux parrains de la libéralisation intégrale des marchés". Laboratoire expérimental de la gouvernance mondiale, modèle institutionnel...
En découvrant fin 2009 leur premier Président de l'Union européenne, Herman Von Rompuy, posant en sandales devant son camping-car, les citoyens médusés n'ont sans doute pas pensé à "l'Homo festivus" décrié par l'immense Philippe Muray, dont la notoriété était alors confidentielle. Le "festivus festivus" européen est certes moins sexy qu'une pathétique campagne du "oui" à Lisbonne en Irlande (photo ci-contre) ne le laisse à penser. Reste que dans cette Europe, comme dans tout l'Occident qui "s'achève en bermuda" et en sandales... on veut abolir l'histoire, la culture, la politique, le peuple. On se plait à imaginer les...
Une enquête exclusive du magazine Historia rouvre le dossier mal connu des origines américaines de l'intégration communautaire. De 1949 à 1959, en pleine guerre froide, les Américains, par l'intermédiaire de leurs services secrets et du Comité pour l'Europe unie, versent l'équivalent de 50 millions de dollars actuels à tous les mouvements pro-européens, parmi lesquels ceux du Britannique Winston Churchill ou du Français Henri Frenay. Leur but, contenir la poussée soviétique... Le "Mouvement européen" en particulier, qui il y a soixante ans fût fondé, dirigé et financé par la CIA, est aujourd'hui financé par le...
Souveraineté nationale contre "rationalité supranationale" ; indépendance des Etats contre force des engrenages ; démocratie contre technocratie ; l’affrontement De Gaulle-Monnet dépasse les hommes pour toucher à l’essentiel. Il fut le plus constant des anti-gaullistes en même temps que le plus farouche adversaire de l’indépendance nationale. Mieux : c’est parce qu’il ne croyait plus aux nations et faisait de leur extinction un gage de progrès, qu’il s’opposa avec acharnement à l’homme du 18 juin, pour qui la souveraineté des Etats était une condition absolue et non négociable de la démocratie. A l’heure où les...
Ceci est sans doute l'une des meilleures études jamais publiées sur l'euro depuis sa création. Son auteur, Bernard Connolly, est un ancien haut fonctionnaire de la Commission européenne, dont il a été brutalement congédié, en 1997, après avoir publié un ouvrage magnifiquement prémonitoire (The Rotten Heart of Europe). Jusqu'au début de la crise financière mondiale, l'Union monétaire européenne était peut-être l'exemple au monde le plus flagrant d'un système Madoff (Ponzi Scheme) à grande échelle. Plusieurs pays de la zone euro (l’Espagne, la Grèce, le Portugal et l’Irlande), avaient des déficits courants élevés ou...
Alors que les dirigeants de l’UE doivent se retrouver à Bruxelles pour discuter de la crise à laquelle la zone euro doit faire face, un think-tank britannique publie une note exposant les différentes façons dont la Grèce pourrait être sauvée par l’UE et ce que ces solutions coûteraient aux contribuables européens : une fortune bien sûr, moyennant une violation des Traités et créant un précédent difficilement soutenable pour l'économie européenne. Mais l'Euro nous laisse-t-il le choix ? Conclusions de l'étude   Toutes les options offertes comportent des coûts importants pour la zone euro et, dans certains cas,...
"Retards excessifs", "difficultés de mise en oeuvre", "évaluation et contrôle inadéquats" : le rapport de la Cour des comptes européennes sur les subventions versées à la Turquie n'a pas fait grand bruit dans les médias français. Et pourtant, la haute juridiction financière de l'Union ne mâche pas ses mots sur la calamiteuse gestion par Bruxelles des milliards de subventions versés à la Turquie depuis 2001, au titre de la préadhésion (avec l'accord, rappelons-le, des députés européens et des Etats réunis au Conseil). Ainsi en 2007, seuls 30% des objectifs du calendrier de préadhésion avaient été atteints par la Turquie....
"La communauté nationale ne pourra prendre tout son sens et toute sa portée qu’au sein d’une communauté de nations. Une communauté de nations sera l’ensemble de plusieurs nations formant un tout géographique continu et limité, ayant des qualités ethniques similaires et un patrimoine commun, historique et spirituel à défendre. La communauté des nations aura pour fonctions d’assurer la sécurité, la prospérité et l’épanouissement du bien commun. Cette conception, qui semble plus naturelle que celle d’un universalisme abstrait, tend à une division du monde en zones d’influences économiques. Ces zones peuvent permettre, le cas...
On a fait, en son temps, beaucoup de procès au général de Gaulle à propos de ses idées sur l’Europe. Certains propos occasionnels de sa part, son rejet avant son retour au pouvoir, de la communauté européenne de Défense, enfin son souci majeur et permanent de la destinée de la France l’expliquent dans une certaine mesure. Pourtant, non seulement le Général a toujours eu la vive conscience de la solidarité qui unissait la France aux autres pays de l’Europe occidentale, mais il n’avait en outre jamais oublié tout ce que l’Europe à travers tous ses peuples avait apporté au monde sur le plan de la culture, de la pensée, de la...
Les problèmes ont toujours eu une dimension internationale, ça ne date pas d'hier. Et je ne vois pas que la nation ait disparu ni aux États-Unis, ni en Chine, ni en Russie, ni au Brésil, ni en Inde. Je vois même que de très petites nations par la taille peuvent jouer un rôle très important. Outre qu'elle est le meilleur espace pour la solidarité et la condition de la démocratie, la nation est un excellent levier à partir duquel on peut agir dans l'ordre international. Ceux qui ne sont pas dans le coup, ce sont ceux qui surfent sur la mode et qui ont oublié que le sentiment d'appartenance nationale s'est forgé au long des...
"Elle est au moins en état de mort cérébrale, même si le corps fonctionne encore. C’est la fin d’un beau projet, mais qui n’était plus partagé par une majorité d’Européens. nous allons rester dans un système confus où les chefs d’Etat continueront à vouloir exister sur la scène internationale, où le Président de l’Europe sera confiné à un rôle technique de « chairman » et la ministre des Affaires étrangères ne fera qu’exprimer une position commune lorsqu’elle existera. Au fond, le président Sarkozy a clarifié les choses en proclamant avec force l’appartenance de la France à la « famille occidentale » et en traduisant...
Choquant, amusant, étonnant ou éclairant : voici un florilège de declarations sur la construction de l'Europe, provenant d'un large panel de personnalités publiques, de différentes époques, régimes, et contrées. Le meilleur y côtoyant parfois le pire, parce que l'idéal européen a hélas toujours servi de moteur aux ambitions tant de démocrates sincères, que de forces totalitaires. Méli-mélo de citations sur l'unification européenne ATTALI (Jacques) Conseiller de François Mitterrand (1981-1990) et ancien président de la BERD "Sur la fonction [de Président de la République] qui s’abîme, c’est évident. Elle s’abîme...
Aux Athéniens, fatigués du conflit avec Sparte, Périclès enseignait une grande vérité géopolitique, dans un discours à l’assemblée : «On ne peut pas s’échapper de l’Empire ». Par une curieuse combinaison historique, l’Empire soviétique a aussi duré soixante-dix ans. « Quand la porte polonaise s’ouvrit, Moscou ne leva pas le petit doigt. Qui sait si ce qui influença le comportement de Gorbatchev ne fut pas justement une intervention du Vatican». Extraits de la Postface du livre de Domenico Losurdo par Luciano Canfora* […]  Voilà pourquoi la politique extérieure de Gorbatchev, consistant à...
Ironie du calendrier, c'est au moment où tombent les dernières résistances à la ratification du traité le plus supranationaliste de l'histoire européenne, que le gouvernement français lance, à travers ses préfectures, un débat sur l'identité nationale... Quel avenir en effet pour une identité privée de sa souveraineté, c'est à dire de sa liberté ? La "nation européenne unique" suggérée en filigrane par les traités européens est-elle souhaitable ? Est-elle possible ? L'occasion en tous cas pour nous de relire nos fondamentaux, à commencer par Ernest Renan, "Qu'est-ce-qu'une nation" (1882). Il pronostiquait que "les...
Lecture très intéressante que ce recueil de trois articles sur l’Europe, rédigés par Habermas peu avant et peu après le référendum de 2005. Habermas est un homme, à la lecture de ces pages, d’une grande lucidité et d’une grande honnêteté. C’est pourquoi on peine au final à comprendre son soutien à la construction européenne, sauf à y voir la marque d’un aveuglement scientiste. Commençons d’abord à comprendre en quoi il analyse lucidement les impasses de la construction européenne. Sa réflexion commence avec une double question : « En quoi d’une part une identité européenne est-elle nécessaire ? D’autre part, est-il...
1 2 3 4 5 » ... 6