L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

S'abonner
Rss
Twitter
Facebook




mon Email :






Recherche par mots-clés


Disparition des abeilles : l'EFSA se décide à mettre en cause des pesticides





On attribue à Einstein ce propos :  « quand les abeilles disparaîtront, beaucoup de plantes dont la pollinisation dépend d’elles disparaîtront, au bout de la chaîne, l’homme disparaîtra aussi » L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a rendu public un avis scientifique hostile à trois familles de pesticides, parmi les plus utilisés au monde en agriculture (marques Gaucho, Cruiser, Poncho, Nuprid, etc.), qui présenteraient tous un risque élevé pour les abeilles. L’EFSA avait été saisie sur ce sujet par la Commission européenne. Le biologiste David Goulson a jugé « très réconfortant que l’EFSA ait réagi aux preuves de plus en plus fortes que l’utilisation des néonocotinoïdes affecte négativement les populations d’abeilles, et qu’elle reconnaisse les risques significatifs associés avec l’utilisation actuelle de ces produits ». Les experts de l’EFSA ont précisé que, s’agissant des pesticides, les données scientifiques actuelles ne permettent bien souvent pas de conclure à l’existence ou à l’absence de risques. (Le Monde) Dès 2004, le Président du Mouvement pour la France et député européen Philippe de Villiers avait publié un livre-choc contre les insecticides Régent et Gaucho, tueurs de l'abeille. Avec une crainte : que la molécule ne s'attaque à l'Homme. Pour l'ex président du conseil général de Vendée, alors partie civile dans le dossier, « nous sommes à la veille d'un scandale sanitaire national ». En 2009, il avait demandé, sans succès, au ministre de l'Agriculture de l'époque, Michel Barnier, « d'interdire de toute urgence, et partout en France, l'usage des pesticides dérivés du fipronil, de l'imidaclopride et du thiametoxam, comme l'a déjà fait l'Italie, afin de préserver la santé publique ».

Notez
Lu 987 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous