L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

Déraillement du projet de la Commission de libéralisation du rail





Le Monde évoque les « pressions » qu’exerceraient la France et l'Allemagne sur la Commission européenne afin d'amender certaines propositions visant à renforcer la concurrence dans les chemins de fer européens. Ainsi, la présentation des mesures du « 4e paquet ferroviaire », qui doit favoriser l’ouverture des lignes nationales de transport de passagers et des axes régionaux, a été reportée sine die. À Berlin, c’est en premier lieu la disposition visant à séparer totalement les activités de gestion des infrastructures et celles d'exploitation commerciale des lignes, qui est fermement critiquée par le gouvernement d’Angela Merkel et la direction de la Deutsche Bahn. Paris est également vigilant sur ce sujet puisque le gouvernement cherche actuellement à redéfinir les relations entre la SNCF et le gestionnaire des infrastructures, RFF. Mais pour la France, c’est surtout l’ouverture du réseau national – et notamment des lignes TGV – et régional, qui est perçu comme une menace pour les intérêts de la SNCF. L’obligation pour les régions de lancer des appels d’offres sur les liaisons régionales risquerait d’affaiblir la compagnie française au profit de sa rivale allemande. Pour éviter que la réforme ne soit annulée, la Commission souhaite présenter ses propositions assez tôt devant le Parlement, avant la fin de la législature, en juin 2014

Notez
Lu 340 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous