L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

Declan Ganley : 'cette Europe est à nous !'



"La France est le cœur battant de l'Europe. Et la France peut être la clef de voûte de la construction de l'avenir de l'Europe. En l'Irlande, les hommes de l'ombre s'efforcent depuis Bruxelles d'étouffer la voix du dernier peuple libre, dont les citoyens furent les seuls d'Europe à avoir pu faire entendre leur voix. Plus triste encore, ils sont de connivence avec les médiocres leaders de ce peuple, qu'en fin de compte, ils trahissent. En 1940, un grand homme français s'est dressé seul depuis un sol étranger, pour dire non aux ennemis de la Liberté. Avec cette grande victoire, Charles de Gaulle a maintenu allumée la flamme de la culture européenne pour les générations futures. En juin prochain, lors des élections européennes, la France pourra s'exprimer sur le traité de Lisbonne. Vous avez déjà dit non, il est temps de réitérer ce non à la même méthode anti-démocratique et de demander une Europe responsable et démocratique." Voilà ce que le leader du "non" irlandais Declan Ganley est venu déclarer, devant l'Université de rentrée du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, qu'il avait choisi pour son premier discours public en France.




Declan Ganley : 'cette Europe est à nous !'

Discours de Declan Ganley, président de Libertas, leader du "non" irlandais au traité de Lisbonne

Université d'Eté du Mouvement pour la France - 21 septembre 2008, Espace Pierre Cardin, Paris

(traduit de l'anglais) 

 
Mesdames, Messieurs,

Chers amis,

Vous êtes Européens, comme je suis Européen.

Je suis fier d'être Irlandais et Européen. 

En effet, nous sommes tous fiers d'être Européens. (...) 

Nous sommes ici aujourd'hui réunis venant de Paris, de Marseille, de Lyon, de Vendée, de nos villes et villages de France, et en effet de cette Europe qui est la nôtre.

Je dis bien notre Europe, pas la leur, pas celle des élites non élues et irresponsables, mais notre Union Européenne, celle des peuples et des centaines de millions de citoyens qui sont l'Europe. Cette Europe est à nous ! Et nous, les peuples, devons nous employer à décider du futur de l'Europe et de notre rôle à chacun, en son sein. (...) 

Comme je l'ai fait remarquer au Président Sarkozy il y a quelques semaines: "Le Traité de Lisbonne est mort" (prononcé en français) 

Selon ses propres règles, l'Union européenne ne peut plus continuer à ratifier cette constitution recyclée. Ce texte, une constitution déjà rejetée dans les urnes par vos concitoyens, ainsi qu'aux Pays-Bas, il y a seulement trois ans. 

Et qu'est ce qui a changé durant ces trois années ? 

Les élites non élues et irresponsables ont sciemment ignoré la volonté démocratique des peuples de France et des Pays-Bas et ils recommencent en Irlande 

Ces élites ont conspiré pour changer seulement les quelques éléments de la Constitution qui pourraient de nouveau déclencher des référendums  dans les Etats membres. 

Ces élites ont décidé qu'elles savent mieux que nous ce qui est bon pour nous et que nous n'avons de fait plus besoin d'être consultés davantage.

Et maintenant en Irlande, les hommes de l'ombre à Bruxelles s'efforcent d'étouffer la voix du dernier peuple libre, dont les citoyens furent les seuls d'Europe à avoir fait entendre leur voix. Plus triste encore, ils sont de connivence avec les médiocres leaders de ce peuple qu'en fin de compte ils trahissent. 

Est-ce ainsi que Bruxelles se propose de résorber le déficit démocratique du projet européen ? Est-ce vraiment comme cela que nous, Européens allons construire un futur fort, durable et rempli de succès pour l'UE.

Est-ce ainsi que nous pourrons transformer le projet au service de la paix, le plus ambitieux des temps modernes en un projet économique, démocratique et social prometteur pour le 21ème siècle et au delà ? 

Non !

Pensent-ils vraiment que nous, peuples d'Europe, soyons stupides à ce point ? 

Pourquoi ont-ils si peur d'un demi-milliard de citoyens d'Europe ? Pourquoi méprisent-ils leurs peuples ? 

Pourquoi ne sont-ils pas aussi fiers de leurs citoyens que ces mêmes citoyens sont fiers d'être des Européens ? 

Je suis particulièrement fier du peuple irlandais, qui a stoppé le traité de Lisbonne et pour avoir donné à nos amis européens l'opportunité de s'interroger réellement sur le but de l'Europe et sur les moyens de préparer notre avenir. 

Il est clair que pour réussir, l'Union Européenne doit s'appuyer sur la souveraineté citoyenne, celle qui vient d'en bas, plutôt que sur la volonté des élites, qui vient d'en haut. (...) 

La première règle pour un éventuel nouveau traité fondamental doit être la suivante : si le texte dépasse vingt-cinq pages, la réponse est "non". Le texte devra ensuite être soumis à des referendums et tous les peuples d'Europe devront alors pouvoir l'approuver ou non. 

Leurs choix seront définitifs car c'est bien du peuple que tout pouvoir politique tire sa légitimité. C'est très important car c'est là l'essence même de notre liberté. Si le peuple dit non, on se remet au travail, Bruxelles ne va continuer à poser sans cesse la même question stupide ! 

Nous somme ici en France, un pays dont le nom même se confond avec liberté. La France, fille ainée de l'Europe, ce merveilleux coin de Terre à travers les âges.

Depuis la Gaule, la Bretagne, la Bourgogne, la Vendée et la Normandie, les Gaulois, les Francs, le peuple français a toujours vécu et respiré cet esprit de liberté, de justice et de courage dans l'adversité. 

La France est le cœur battant de l'Europe.

Et la France peut être la clef de voûte de la construction de l'avenir de l'Europe.

C'est ici que doit être décidé l'avenir de l'Europe et assuré pour ses citoyens, pour nos générations futures et pour la pérennité de notre civilisation. Tel fut le rôle de la France à travers les siècles : relever les défis qu'a eu à affronter l'Europe. 

En 1940, un grand homme français s'est dressé seul depuis un sol étranger, pour dire non aux ennemis de la Liberté. 

Avec cette grande victoire, Charles de Gaulle, ce noble fils de France a restauré l'espoir de la civilisation occidentale et maintenu allumée la flamme de la culture européenne pour les générations futures. Des principes enracinés dans les fondations de la démocratie grecque, de la "Respublica" romaine et des valeurs judéo-chrétiennes. 

La précieuse dignité de l'Homme, l'Etat de droit, la valeur du travail et de l'effort, le sens du sacrifice et le rejet de toute forme d'esclavage et d'aliénation du corps et de l'esprit. Et, le plus important, la valeur et le pouvoir de l'amour et du respect de chacun.(...) La vérité est que la France a toujours été féconde de bonnes idées qu'elle a mises en lumière. Comme Jeanne d'Arc ou Charles de Gaulle, je crois que pour la France et l'Europe, les jours meilleurs sont devant nous. 

Parmi ces idées visionnaires, la France a eu le courage de dire non à la Constitution européenne. 

Ce que l'élite irresponsable de Bruxelles ne parvient pas à comprendre, tandis qu'ils essayent de modeler l'Europe au travers de piles toujours croissantes de directives, règles traités et règlements, c'est que les traités sont écrits sur du simple papier. Ils ne sont pas inscrits dans les cœurs des hommes et des femmes d'Europe. 

Cette Europe dans sa version bruxelloise, échoue à parler aux cœurs des européens. Mais cet échec, s'il continue d'être le résultat de l'échec plus large d'un projet européen doit être dénoncé. La bonne nouvelle est que ce projet pourrait être sauvé. 

Il pourrait être sauvé en ouvrant les fenêtres pour laisser briller les lumières de la démocratie, de la transparence et de la responsabilité dans les coins sombres de l'establishment bruxellois. C'est d'ailleurs une Europe que n'auraient pas reniée Schuman ou Monnet. (...) 

En juin prochain, lors des élections européennes, la France pourra s'exprimer sur le traité de Lisbonne. Vous avez déjà dit non, il est temps de réitérer ce non à la même méthode anti-démocratique et de demander une Europe responsable et démocratique. 

Les élections européennes de l'an prochain pourront être le référendum refusé aux peuples d'Europe. Il y aura un choix simple entre des candidats qui  soutiennent le système et n'arrêteront pas le traité de Lisbonne et ceux qui dans une perspective positive et pro-européenne souhaitent inclure la démocratie au cœur du projet européen. 

Que la France reprenne la main ! Dites "non" à l'anti-démocratie ! Rejoignez nous pour remettre la France au cœur du défi et rendre l'Europe à ceux à qui elle appartient : son presque demi-milliard de citoyens avec leurs ambitions pour leurs enfants, leurs petits enfants et nos générations futures. 

Continuons ensemble avec courage et confiance, disons "Bonjour l'Europe !", ce siècle nous appartient à nous, peuples d'Europe, qui avons ce qu'il faut pour diriger le monde. 

Invitons le monde entier à voir et témoigner d'une nouvelle renaissance européenne, économique, industrielle, éducative et championne des valeurs individuelles et de la liberté humaine. (...) 

Non à la faillite démocratique du traité de Lisbonne,  

Oui à une Europe des démocraties, transparente et responsable, 

Une Europe qui illumine et étonne le monde. 

Vive la France  

Vive l’Irlande  

Vive l'Europe


Notez
Lu 5497 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous