L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE
L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE
Forum européen des universitaires, chercheurs, journalistes et hauts-fonctionnaires pour un débat libre










S'abonner
Rss
Twitter
Facebook
Google+
Pinterest
LinkedIn
Yahoo! Buzz
Mobile
Jeudi 6 Septembre 2007

De l'éclatement des nations à l'Europe des régions ?



Les historiens qui, dans un lointain futur, chercheront à comprendre l'évolution géopolitique de l'Europe au début du XXIème siècle, auront de quoi être perplexes. Ils se demanderont sans doute pourquoi l'Europe a franchi une étape décisive vers le fédéralisme, au moment même où en son sein, le Royaume de Belgique voyait son propre Etat fédéral éclater. Ils se demanderont comment on a pu ne pas comprendre, à Bruxelles même, épicentre de l'unification européenne, les enseignements fournis sur place par ce pays laboratoire du fédéralisme ? Comment on a pu s'obstiner à tenter d'incorporer près de trente peuples sans doute bien plus différents les uns des autres que Wallons et Flamands... et ce, à l'instant précis où sous les fenêtres des institutions bruxelloises, la crise entre ces deux communautés démontrait la fragilité d'une fédération qui ne parvenait à devenir une véritable nation ? Comme le résume J-B PILET, Chercheur à l'Université Libre de Bruxelles, "La Belgique est un Etat qui essaie de se construire sans nation : c'est un art difficile !" Imaginez alors que l'on tente la même expérience à l'échelle continentale européenne. Parfum de déjà-vu...


De l'éclatement des nations à l'Europe des régions ?

par Christophe Beaudouin


Nos historiens futurs trouveront peut-être quelques réponses sur le blog militant du correspondant européen de Libé, Jean Quatremer, qui depuis quelques jours à Bruxelles, se réjouit de l'explosion annoncée de la Belgique. Bien qu'un récent sondage indique que seulement 40% des Flamands sont en faveur de l'indépendance, les responsables politiques néerlandophones souhaitent en effet la scission. La Belgique vit une crise de régime sans précédent, du fait de l'impossibilité depuis le 10 juin dernier de constituer un gouvernement fédéral, les partis flamands présentant des revendications autonomistes inacceptables pour les francophones. 

Dans un article du 3 septembre judicieusement intitulé "L'éclatement de la Belgique soluble dans l'Europe", M. Quatremer commence par rappeler avec force et justesse qu'"une éventuelle indépendance flamande ne serait nullement contraire à l'idée européenne". Mieux, il estime que "l'Union ne peut que soutenir la revendication flamande, celle-ci étant tout à fait légitime au regard des principes qui ont présidé à sa création".

Au-delà du fait qu'il est savoureux de voir Jean Quatremer en accord avec les nationalistes flamands, il faut admettre qu'il a raison au-delà même de la question belge : les autonomismes régionaux et l'européisme sont des alliés objectifs... du moins pour le moment. Tout ce qui peut travailler au détricotage des identités nationales - séparatismes, régionalismes, communautarismes multiples sans oublier l'immigration - devrait faciliter peu à peu l'effacement de ce qui reste d'identité, puis de souveraineté, en vue du grand basculement dans la "purée de marrons" supranationale.

Désintégration nationale et intégration européenne

Il s'agit d'un pari d'apprentis-sorciers. S'ils veulent d'ici quelques décennies, que l'Europe soit devenue un véritable "pays" composé de véritables "citoyens" européens, il faut commencer par faire table rase en sciant doucement les racines, souvent profondes, des nations actuelles.

Plusieurs instruments européens concourent à favoriser ces séparatismes, dont nous nous gardons bien ici de juger la légitimité. Il y a la petite dizaine de conventions et chartes du Conseil de l'Europe (charte des langues régionales etc.) qui tendent, derrière des apparences généreuses, à promouvoir une nouvelle carte politique de l'Europe dont ont disparu les frontières actuelles, à partir de fondements communautaristes ethniques et/ou linguistiques, bien analysés par l'historien Pierre Hillard.  De même, le Comité des régions de l'UE créé par le Traité de Maästricht trouve sa raison d'être dans cette logique régionaliste favorisant l'éclatement des constructions politiques que sont les Etats-nations, et dont la France est l'archétype. Bientôt d'ailleurs, les fonds structurels européens devraient être directement distribués et gérés par ces "régions"... Citons enfin l'exemple de la Charte des droits fondamentaux bientôt contraignante, qui ouvre la porte des tribunaux à toutes les revendications communautaires, balayant la philosophie des droits et libertés fondamentaux conquis depuis la Révolution. Comme le rappelle Alain Finkielkraut « c'est contre le pouvoir des tribus que s'est constituée la pensée des droits de l'homme »  (Le Monde, 25 octobre 1989) 
 
Pour n'avoir pas compris que ce détricotage prendrait du temps, singulièrement en France mais pas seulement, les promoteurs du premier traité constitutionnel prirent une sévère déculottée le 29 mai 2005. Ils avaient eu l'imprudence et la naïveté d'afficher la couleur en l'intitulant sans ambiguïté "Constitution pour l'Europe" et en prévoyant des "lois européennes", un "Ministre des affaires étrangères de l'Union", la consécration d'un "hymne européen", d'une "devise européenne", d'un "drapeau européen", d'une "journée de l'Europe", en somme tout l'apparat sémantique de l'Etat, en l'occurrence du super-Etat. Le Président de la République de l'époque ayant eu le bon sens de le soumettre directement au peuple par référendum, l'affaire était pliée : les Français n'ont évidemment rien contre l'Europe, mais ils refusent l'obstination supranationale qui s'est accélérée depuis quinze ans, et menant à un Etat continental qu'ils ne reconnaissent pas.
Aidé de ses Vingt-six alter egos, son génial successeur à l'Elysée sauva la Constitution européenne en juin 2007, toilettant ce traité de toute cette sémantique constitutionnelle trop franche, pour mieux en conserver la substance, avant de le faire voter bientôt par une majorité de parlementaires qui lui doivent bien ça.

De l'éclatement des nations à l'Europe des régions ?

Une "bombe" ethnolinguisitique sous le sol européen

Entre temps, la Belgique en tant que telle n'existera peut-être plus et les dirigeants du reste de l'Europe n'y auront vu aucun avertissement quant à la pertinence de l'orientation fédérale européenne actuelle. A moins que plusieurs gouvernements particulièrement concernés n'y voient à plus court terme le risque d'un effet domino : après la scission de la Flandre, celle de la Catalogne ? de la Corse ? du Pays Basque ? de l'Italie du nord ? de l'Ecosse ?
Jean-Yves Camus, chercheur associé à l'IRIS, rappelle que l'Europe de l'Est est également touchée par les phénomènes séparatistes et pointe du doigt avec inquiétude la question du futur statut du Kosovo qu'il qualifie de "bombe placée sous le pied de l'Union européenne" - des Etats-membres plus précisément - dans la mesure où "si indépendance il y a, cela reviendrait à avaliser, là encore, l'idée selon laquelle, des Etats peuvent faire scission sur des bases purement ethnolinguistiques".

C'est donc la fin de la conception française de l'Etat-nation, qui réunissait des citoyens égaux en droit et devant la loi sans distinction autour de la res publica, ce vouloir-vivre ensemble qui surplombait les particularismes relevant de la sphère privée. Il n'y avait pas de minorités ethniques (pas plus que religieuses, régionales ou fondées sur l'orientation sexuelle) dans une nation comme la France qui n'est pas fondée sur la race. Mais "l'ethnicisme est un racisme", nous rappelle Alfred Grosser (Le Figaro, 13 septembre 2000). Et c'est ici, que les raisons qui conduisent à pousser à l'éclatement des Etats-nations en Europe deviennent troubles...pour ne pas dire suspectes.   

CB
L'Observatoire de l'Europe



Pour aller plus loin :
P.Hillard, La France face à la question belge 
M. Semo, Ces nationalismes régionaux qui font recette dans l'Union européenne, Libération 10/09/07

Jeudi 6 Septembre 2007

Notez
Lu 13986 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 7

A la Une | Analyse | Tribune | Document | Campus