L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

De grands économistes pour une sortie urgente du "piège mortel" de l'euro



Deux économistes américains parmi les plus respectés, le "Prix Nobel" d'économie Paul Krugman et Dani Rodrik, ainsi que le chroniqueur du Financial Times Gideon Rachman, viennent de conclure différents articles souhaitant la fin rapide de l'euro : "l'élite européenne, de toute son arrogance, a bloqué le continent en un système monétaire qui a recréé la rigidité du modèle d'excellence, et - tout comme le modèle d'excellence des années 30 - celui-ci s'est transformé en piège mortel (...) l'Europe se porterait sans doute mieux s'il s'écroulait plutôt aujourd'hui que demain." écrit Krugman dans un jugement sans appel.




De grands économistes pour une sortie urgente du "piège mortel" de l'euro

Revenir au franc devient urgent


L'article de Krugman est traduit en français par la RTBF.

Un passage incomplet : "Des décombres de la guerre, les Européens ont construit un système de paix et de démocratie, et ce faisant, ont bâti des sociétés qui, bien qu'imparfaites - quelle société ne l'est pas ? - sont probablement les plus décentes de l'histoire de l'humanité.
Pourtant, cette réussite est menacée parce que l'élite européenne, de toute son arrogance, a bloqué le continent en un système monétaire qui a recréé la rigidité du modèle d'excellence, et - tout comme le modèle d'excellence des années 30 - celui-ci s'est transformé en piège mortel."

C'est incomplet parce que, en un mouvement suicidaire incompréhensible, ce ne sont pas que les élites qui soutiennent l'euro : Mélenchon s'y accroche en expliquant que cela facilitera un RMI européen, Chevènement vante des plans A, B et C risibles dans une union monétaire à 17,  Marine le Pen continue d'enfumer les populations avec son "plan concerté " pour sortir de l'euro...

Les opppositions censément populistes sont finalement très respectueuses des élites.

Krugman conclut pourtant ainsi son papier sur le "système euro" : "vu comme le système se comporte, l'Europe se porterait sans doute mieux s'il s'écroulait plutôt aujourd'hui que demain."

Dani Rodrik est professeur d'économie à Harvard et vient de publier un article sur son blog expliquant la différence entre Grèce et Californie en cas de failite. En Californie l'état de Californie peut faire faillite, les californiens sont soutenus individuellement par l'état fédéral. En Grèce l'état va à la faillite mais aucun transfert de l'Union européenne ne bénéficie aux grecs en tant qu'individus, pour compenser leurs pertes de revenus. Ils vont donc êtredans une situation encore moins facile après le plan "d'aide" européen.

Rodrik conclut son papier en jugeant peu probable un sursaut d'intégration politique européen tel que des transferts d'un budget européen, qui n'existe pas, à des individus, puisse être mis en place. Il termine donc ainsi : "le mieux pour la zone euro serait que son éclatement soit le plus possible anticipé et préparé" (the more orderly and premeditated the coming break-up of the Eurozone, the better it will be).

Ca s'appelle revenir au franc. Ca n'est pas du populisme, c'est une nécessité, si l'on veut éviter de glisser entièrement dans une spirale déflationniste.


Après Rodrik et Krugman, un troisième avis clair demandant qu'on en finisse avec l'euro. Gideon Rachman est chroniqueur pour le Financial Times. Son papier est titré "sauver l'euro n'est pas un objectif ".    Idées :
Défendre l'euro est devenu un objectif en soi, à tort (The euro is not an end in itself.)
L'idée d'une monnaie unique pour tous n'est pas viable, et il est vain de chercher des causes ailleurs que dans l'euro lui-même. (After roughly a decade we are discovering that a single currency area, uniting different countries with different levels of economic development – and very different political cultures – is inherently flawed.)
Dire par ailleurs que le fédéralisme permettra de surmonter la crise est un leurre. Construire un état fédéral prendra des décennies alors même que les réactions à la crise montrent que la volonté fédérale n'existe pas ('"On the political side, the long-term fix to the euro’s malaise is said to be a fiscal union, a true political federation. But this is a solution that will take decades to implement, for a crisis that is escalating by the week. The final destination is, in any case, inherently implausible, given the lack of pan-European solidarity revealed by the current mess.") 
Conclusion : "au lieu d'affirmer que l'éclatement de l'euro est impensable, les responsables européens feraient mieux de commencer à le préparer." (Rather than insisting that the break-up of the euro is unthinkable, Europe’s leaders need to start planning for it.) 


Edgar
http://www.lalettrevolee.net/


Notez
Lu 6657 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 9

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous