L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

Barroso juge "totalement réactionnaire" les anti-mondialisation





Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a violemment critiqué lundi 17 juin la volonté de la France d'exclure le secteur audiovisuel du mandat de négociations commerciales avec les Etats-Unis, qualifiant cette attitude de "réactionnaire". Des propos qui ont scandalisé la classe politique française. "Cela fait partie de ce programme anti-mondialisation que je considère comme totalement réactionnaire ", a déclaré José Manuel Barroso dans un entretien publié par l'International "Herald Tribune". Réagissant à la polémique, François Hollande a affirmé, à son arrivée à Lough Erne (Irlande du Nord) pour un sommet du G8, qu'il ne voulait "pas croire que le président de la Commission européenne ait pu tenir des propos sur la France qui seraient ainsi formulés, pas même sur les artistes qui se seraient exprimés". Revenant sur ce sujet au cours d'un point de presse, un porte-parole de la Commission, Olivier Bailly, a affirmé que la remarque de José Manuel Barroso ne visait pas la France mais "ceux qui en parallèle ont lancé des attaques personnelles contre le président (Barroso), souvent violentes et injustifiées contre la Commission". Le porte-parole n'a pas précisé les artistes ou politiques qui étaient selon lui "réactionnaires". Lors d'une conférence de presse la semaine dernière au Parlement européen à Strasbourg, le réalisateur Costa-Gavras avait estimé que "José Manuel Barroso est un homme dangereux pour la culture européenne". 

Notez
Lu 428 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous