L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

S'abonner
Rss
Twitter
Facebook




mon Email :






Recherche par mots-clés


Airbus est le symbole de l'Europe de la coopération, le contraire de celle proposée aujourd'hui


A l’image d’Airbus, d’Ariane ou encore des Accords de Malaga contre les navires poubelles, Philippe de Villiers milite pour une autre Europe. Il souhaite remettre l’Europe à l’endroit en proposant une alternative à la Constitution : un nouveau traité fondateur de l’Union européenne fondé sur les souverainetés nationales et les coopérations libres.




Airbus est le symbole de l'Europe de la coopération, le contraire de celle proposée aujourd'hui

18/01/2005

Au moment où le monde découvrait le nouvel AIRBUS 380, Philippe de VILLIERS s'est félicité de la réussite technologique, commerciale et industrielle d’Airbus qui symbolise l’Europe de la coopération qu’il appelle de ses vœux depuis des années, et non pas l’Europe de la Commission.

En effet, au début des années 1970, quatre Etats, la France, l’Espagne, l’Angleterre et l’Allemagne créaient Airbus Industries en mettant en commun leur talent, leur moyen et leur enthousiasme.

Or le traité constitutionnel, dans son article 1-44, oblige qu’au moins un tiers des Etats membres, soit neuf au minimum, s’entendent pour participer à une coopération renforcée. Il s’agit là d’une lourdeur supplémentaire imposée par ce Traité qui consacre l’Europe technocratique et anti-démocratique. L’Europe de Bruxelles et de la Constitution, c’est l’Europe de la rigidité.

A l’image d’Airbus, d’Ariane ou encore des Accords de Malaga contre les navires poubelles, Philippe de Villiers milite pour une autre Europe. Il souhaite remettre l’Europe à l’endroit en proposant une alternative à la Constitution : un nouveau traité fondateur de l’Union européenne fondé sur les souverainetés nationales et les coopérations libres.

Notez
Lu 10394 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 9

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous