L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

S'abonner
Rss
Twitter
Facebook




mon Email :






Recherche par mots-clés


A Berlin, Nicolas Sarkozy dans une posture quasi-souverainiste





Nicolas Sarkozy a profité d’une de ses rares apparitions en public, vendredi matin à Berlin, pour attaquer la Commission européenne et sa «prétention à tout réglementer et tout régenter». Intervenant à l’occasion de la présentation de l’autobiographie de Hans-Gert Hermann Pöttering, l’ancien président conservateur allemand du Parlement européen, et après un entretien privé avec la chancelière Angela Merkel , l’ex-président de la République a proposé «plus d’intégration pour la zone euro et moins d’intégration pour l’Europe des vingt-huit». «L’Union européenne doit cesser d’exaspérer les citoyens, elle doit cesser d’exaspérer les entrepreneurs par des réglementations toujours plus incompréhensibles sur des sujets sans cesse plus secondaires», a déclaré Nicolas Sarkozy devant un public conquis réuni dans la représentation berlinoise de l’assureur Allianz. «Nous devons donc assurer l’abandon de pans entiers» de compétences aujourd’hui assumées par la Commission. De son point de vue, cette dernière devrait toutefois garder un rôle pour les questions d’industrie, de recherche, d’énergie, d’agriculture et de concurrence. Outre cette tirade souverainiste, l’ancien président, dont on dit qu’il prépare son retour , s’est présenté en fervent européen et en ultime pilier de l’amitié franco-allemande. (Les Echos)

Notez
Lu 695 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous


Après le Brexit, reprenons la plume aux fédéralistes. Voici le nouveau traité qui sortira l'Europe de l'idéologie. "Nous peuples d'Europe..." : pour un nouveau Traité fondamental européen